Artbite

A un moment donné, quelque part, une œuvre d’art éclôt... singulière et remarquable parmi d’autres.

: : : ARTBITE : : : , un voyage dans le monde de l’art...

 

Les anamorphoses

Historiquement, l’anamorphose est l’une des applications des travaux de Piero della Francesca sur la perspective . Le procédé sera étudié par Jean-François Nicéron en 1636 et Andrea Pozzo (1642-1709), peintre et architecte qui publiera ses théories dans un ouvrage : Perspectiva pictorum et architectorum. A l’époque, le procédé semblait comporter une part de magie et de secret. Dürer parlait d’un « art de la perspective secrète ».

L’application scientifique a une définition précise : une anamorphose ( du grec ana : en remontant, qui marque le retour vers, et de morphe : la forme ) est une déformation réversible d’une image à l’aide d’un système optique tel un miroir courbe , et c’est aussi un procédé mathématique.

L’anamorphose impose sa façon de passer du chaos à l’ordre : elle contraint le spectateur à se déplacer pour voir l’œuvre en entier.


« Paysage », Mur peint de 42 mètres de longueur avec anamorphose de Dominique Antony à Gentilly 94250.
Noter l’objet insolite dans le coin supérieur droit.

Cette forme étrange flottant dans le ciel, cachée par les ramures de cet arbre a été peinte pour un autre point de vue. Ici, l’anamorphose telle qu’elle est peinte…
… là, telle qu’elle apparaît de l’autre côté du petit bâtiment sur la droite, révélant de ce point d’observation un échafaudage planté dans le mur, deux planches, un pot de peinture oublié là-haut…

On connaît une anamorphose de visage d’enfant (1485) attribuée à Léonard de Vinci, mais le tableau le plus souvent cité est celui de Hans Holbein le Jeune intitulé « Les ambassadeurs ». La forme à première vue étrange qui occupe le centre du premier plan est en réalité un crâne, habituel symbole des vanités de ce monde.

Portrait des ambassadeurs. 1533. Peinture à l'huile sur panneaux assemblés de bois de chêne.  JPEG - 23.5 ko
Hans Holbein le jeune
Portrait des ambassadeurs. 1533. Peinture à l’huile sur panneaux assemblés de bois de chêne.

Les Ambassadeurs : Hans Holbein le Jeune, 1533
Huile sur panneau de bois
209 × 207 cm
National Gallery
« Un singulier objet, pareil à un os de seiche, flotte au-dessus du sol : c’est l’anamorphose d’un crâne qui se redresse lorsqu’on se place tout près, au-dessus, en regardant vers la gauche. Un sens caché et une solennité pèsent lourdement sur toute la scène. » Jurgis Baltrusaitis, Anamorphoses, ou Thaumaturgis opticus, Flammarion.

Dans le « Jardin d’un poète », Van Gogh dissimule dans les courbes des fleurs et des branches les portraits de Dante et de Victor Hugo entre autres. Plus de 60 artistes, peintres et poètes sont ainsi dissimulés dans les frondaisons. S’y trouvent aussi des animaux et l’unique anamorphose réalisée par l’artiste : Pégase.

Le jardin du poète.  JPEG - 156.1 ko
Van Gogh
Le jardin du poète.
La femme devant son miroir.  JPEG - 138.7 ko
Anamorphose
La femme devant son miroir.

signalisation routière (le vélo déformé peint sur les pistes cyclables).


photo touristique d’une petite fille goutant la tour de pise devenue ice-cream du fait de la perspective en anamorphose choisie par le photographe.

Les perspectives dépravées. Tome 2 : Anamorphoses. Couverture du livre.  JPEG - 40.5 ko
Jurgis Baltrusaitis
Les perspectives dépravées. Tome 2 : Anamorphoses. Couverture du livre.

Livre de Jurgis BALTRUSAITIS:Les perspectives dépravées : tome 2, Anamorphoses, édité chez Champs, collection arts.

 

Répondre à cet article