Artbite

A un moment donné, quelque part, une œuvre d’art éclôt... singulière et remarquable parmi d’autres.

: : : ARTBITE : : : , un voyage dans le monde de l’art...

 

Ecologie

« Revival Field », commencé en 1990

sculpteur jardinier

« Revival Fields », expérience de restructuration d'un site pollué aux métaux lourds, en le revigorant par plantation de « phyto-accumulators », plantes qui se nourrissent de ces résidus et annihilent leurs effets néfastes.  JPEG - 136.4 ko
Mel Chin sculpteur
« Revival Fields », expérience de restructuration d’un site pollué aux métaux lourds, en le revigorant par plantation de « phyto-accumulators », plantes qui se nourrissent de ces résidus et annihilent leurs effets néfastes.

En 1990, le sculpteur Mel Chin commence avec Rufus L. Chaney un projet de désintoxication, par le biais de plantations spécifiques, sur un site gravement pollué par une concentration anormale de résidus de métaux lourds : (zinc (Zn) et cadmium (Cd)) à St Paul, Minnesota.

  • Revival Field de Mel Chin en janvier 2006, reportage de Alexander Trevi sur son blog « Pruned » : On landscape architecture and related fields.
  • Interview de Mel Chin sur art:21 (art in the twenty-first century : the series, the artists, education, events, discuss)
  • « Revival Fields » projet écologique, vidéo, 40 secondes.

La phyto-remédiation:utilisation des plantes pour dépolluer le sol :

La concentration anormale [1] de résidus de « métaux lourds » comme le Chrome (Cr), le plomb (Pb), le nickel, le cadmium (Cd), le zinc (Zn), l’uranium (U), le mercure (chimie) (Hg) ou d’éléments traces comme l’arsenic (As) (métalloïde) etc... polluent le sol. La phyto-remédiation, par le biais de plantation de végétaux phyto-accumulateurs* (le tournesol Helianthus annuus par exemple) fait intervenir plusieurs mécanismes :

  • Les métaux lourds polluants sont précipités, absorbés ou piégés par les plantes choisies, ce qui diminue donc leur mobilité dans le sol. Ce mécanisme s’appelle la phyto-stabilisation.
  • Les métaux lourds polluants sont absorbés par les racines de ces plantes, puis sont canalisés vers les parties aériennes où ils sont accumulés. C’est la phyto-accumulation proprement dite. Le tournesol Helianthus annuus a de fortes capacités de phyto-accumulation.
  • S’il la pollution du sol provient de composés organiques, ceux-ci sont transformés en substances non toxiques par des réactions enzymatiques dans le sol ou dans la plante cultivée sur ce sol. Il s’agit alors de phyto-extraction.
  • Lorsque le polluant est volatilisé sous une forme non toxique, on parle de phyto-volatilisation.
  • Certaines plantes, dont le tournesol Helianthus annuus mais aussi le bambou et le saule...) sécrètent des substances qui augmentent l’activité des micro-organismes à proximité des racines (au niveau de la rhyzosphère) et des enzymes et participent ainsi à la dégradation des éléments polluants.
  • Hyperaccumulateurs
  • Métaux lourds :

[1Tous les élément-trace métallique sont présents naturellement à l’état de traces dans le sol. L’activité humaine peut avoir renforcé cette présence ; en effet, nombre d’ETM jouent un rôle important dans la vie quotidienne. Beaucoup d’ETM ont une utilité dans le processus biologique : par exemple le fer est un composant essentiel de l’hémoglobine, le zinc, le cuivre sont des oligo-éléments indispensables.