Artbite

Artbite

A un moment donné, quelque part, une œuvre d’art éclôt... singulière et remarquable parmi d’autres.

: : : ARTBITE : : : , un voyage dans le monde de l’art...

 

Artur Bordalo

Artur Bordalo réalise des sculptures avec des objets et matériaux de récupération.
Transformer les épaves et les ordures en art.
Artur Bordalo

Ci-dessous : Le renard et la carcasse de bagnole :

Le renard et la carcasse de bagnole.  JPEG - 133.4 ko
Artur Bordalo
Le renard et la carcasse de bagnole.

Artur Bordalo, aka Bordallo II, transforme les déchets qu’il trouve en immenses sculptures qui représentent des animaux.

L’artiste parcourt le monde, rassemblant les ordures locales et construit ses oeuvres dans les régions où il passe.

Son objectif ? Faire prendre conscience de l’effet dévastateur de la surconsommation et de la pollution sur notre monde.
Des interventions dans le monde entier.

  JPEG - 171.3 ko
Artur BORDALO

Les oeuvres d’Artur BORDALO sont surnommés « Trash Animals » et dénoncent ce qui les tue : la pollution, les déchets en plastique. (...) Au-delà de l’esthétique, je souhaite vraiment attirer l’attention du public sur les problèmes écologiques. La rue est un bon endroit pour le faire, même si ça m’oblige à avoir un message très direct et rapide. C’est pour cela que mes œuvres poussent les gens à se rapprocher. En voyant la matière, ils peuvent alors dans un deuxième temps en comprendre le sens » déclare l’artiste Artur BORDALO pour Télérama.

Owl Eyes / Olhos de Mocho / Yeux d’hibou
Lieu : Rua Alexandre Herculano / Rua do Cotovelo, Covilhã

Intervention réalisée en plein centre historique de Covilhã (Portugal), au mois d’octobre 2014, à l’occasion du Wool, un festival annuel d’art urbain.

Au festival d'art urbain WOOL en 2014, au Portugal  JPEG - 92.6 ko
Bordalo II
Au festival d’art urbain WOOL en 2014, au Portugal

Le décor choisi par Bordalo II, bien que situé dans le centre historique de la ville, est fortement dégradé, abandonné et vieilli. Confronté à cette réalité, l’artiste Bordalo II a souhaité encourager l’investissement matériel et social à cet endroit et a construit, en utilisant les déchets, un énorme hibou, symbole de savoir et culture.

Artur Bordalo, alias Bordalo II, est né à Lisbonne en 1987. Pendant son enfance, il vit entre deux mondes, celui où il observe son grand-père, le peintre Real Bordalo, peignant ses aquarelles et celui où il découvre les conséquences liées au graffiti illégal. Petit à petit, ses habitudes se transforment pour donner lieu au travail artistique qu’il présente aujourd’hui.

À propos de ce qui l’inspire, Bordalo déclare : “Je fais partie d’une génération extrêmement consumériste, matérialiste et cupide. L’éducation que nous recevons est dès lors axée sur une consommation exagérée. Avec la production excessive d’objets, en particulier de matériel technologique, mais pas seulement, la production de "déchet" et d’objets non utilisés également, il existe une augmentation proportionnelle à la consommation exagérée de ces mêmes objets. Et je dis "déchet" entre parenthèses car sa définition est très abstraite. Le déchet d’un homme est le trésor d’un autre".

Street art by Bordalo II, part of the Muro Urban Art Festival, in Bairro Padre Cruz, Lisbon. : image à intégrer

Portugese artist Bordalo II, or Artur Bordalo, creates powerful sculptures made entirely of trash to remind the world just how much damage our wasteful society does to the Earth’s wildlife.
After focusing his projects in Portugal alone, he’s gone global with his message working in the USA and Europe, scavenging materials to make incredible sculptures.