Artbite

A un moment donné, quelque part, une œuvre d’art éclôt… singulière et remarquable parmi d’autres.

: : : ARTBITE : : : , un voyage dans le monde de l’art…

 

La sculpture

Ousmane SOW sculpteur

1935-2016 à Dakar (Sénégal).

Un « Lutteur », une des oeuvres monumentales de Ousmane Sow, sculpteur.  JPEG - 74 ko
sculpture de Ousmane Sow (détail)
Un « Lutteur », une des oeuvres monumentales de Ousmane Sow, sculpteur.
Sculpture monumentale en plein air de Ousmane Sow « La bataille de Little Big Horn ».  JPEG - 136.1 ko
Ousmane Sow, sculpteur
Sculpture monumentale en plein air de Ousmane Sow « La bataille de Little Big Horn ».

La bataille de Little Big Horn

Ousmane Sow (1935-2016 à Dakar (Sénégal).

1999 à Paris au petit matin, les sculptures de Ousmane Sow sur le Pont des Arts.  JPEG - 109.4 ko
Ousmane Sow, sculpteur
1999 à Paris au petit matin, les sculptures de Ousmane Sow sur le Pont des Arts.

Au printemps 1999, exposition des oeuvres de Ousmane Sow sur le pont des Arts à Paris.

Exposition des sculptures de Ousmane Sow sur le Pont des Arts à Paris en 1999.  JPEG - 87 ko
Ousmane Sow , sculpteur (1935-2016)
Exposition des sculptures de Ousmane Sow sur le Pont des Arts à Paris en 1999.
Couverture du catalogue des oeuvres de Ousmane Sow, distribué par Actes Sud, édition Le P'tit Jardin, à l'occasion de l'exposition à Paris sur Le Pont des Arts en 1999.  JPEG - 36.7 ko
Ousmane Sow, sculpteur
Couverture du catalogue des oeuvres de Ousmane Sow, distribué par Actes Sud, édition Le P’tit Jardin, à l’occasion de l’exposition à Paris sur Le Pont des Arts en 1999.

En mai 2006, Jacques A. Bertrand écrit pour Ousmane Sow sa biographie sur le site web personnel du sculpteur.

Jacques A. Bertrand est écrivain et participe à l’émission « Les papous dans la tête » chaque dimanche à 12h45 sur France-culture.
- Extrait de Les vies denses, article de Ernest Pignon-Ernest sur le site personnel de Ousmane Sow :
On m’a donné cette histoire pour vraie. Au début de l’été, un sculpteur qui travaille dans une cour où jouent des enfants se fait livrer un bloc de marbre brut. Au retour des vacances, devant la sculpture terminée, une petite fille : « Comment tu savais qu’il y avait un cheval dans cette pierre ? »
La première fois que j’ai vu les lutteurs d’Ousmane Sow, leur force, leur évidence, leur matière organique à la fois terreuse et synthétique, magma, treillis de paille et de racines rouillées, j’ai pensé qu’il avait pu les extraire du sol, d’un seul tenant, comme déjà façonnés. Comme s’ils avaient été secrétés dans le sol d’Afrique par je ne sais quelle sédimentation. Je n’aurais pas été étonné d’apprendre qu’autour de l’atelier se trouvaient leurs formes en creux, leurs matrices, et que d’autres corps s’y développaient. Que la terre « humanisée » y levait comme du pain. Et puis, tant est puissant ce qui s’y exprime d’humain, tant est tactile et sensuelle l’empreinte physique du sculpteur, une évidence contraire s’est imposée : ces corps n’avaient pu être pétris et levés qu’à main d’homme.
- extrait du texte de Ernest Pignon-Ernest.