Artbite

A un moment donné, quelque part, une œuvre d’art éclôt… singulière et remarquable parmi d’autres.

: : : ARTBITE : : : , un voyage dans le monde de l’art…

 

« L’homme blanc » - 1907

Lyonel Feininger (1871 - 1956)

peintre

L’une des premières peintures à l’huile de Lyonel Feininger...

Peinture sur toile  JPEG - 26.8 ko
« L’homme blanc » de Lyonel Feininger - 1907
Peinture sur toile

L’homme blanc fut peint à paris à l’automne de 1907. Si l’on prend en considération une inscription figurant à l’arrière d’une vieille photographie, Lyonel Feininger considérait cette peinture comme la deuxième réalisée durant cette période parisienne. Toutefois, selon sa femme Julia, il voulait dire sa deuxième peinture sur toile. Comme le fait remarquer Luckhardt, l’oeuvre fut précédée par une série de petits paysages, essentiellement impressionnistes, exécutés la même année, soit en Allemagne, près de Fribourg-en-Brisgau et sur l’île de Rungen, soit à Paris même.

Chose certaine néanmoins, L’homme blanc compte parmi les premières peintures, par opposition aux dessins où caricatures, dans lesquels Lyonel Feininger aborde le thème de la figure humaine.

Lyonel Feininger a travaillé comme caricaturiste pour une série de magazines et périodiques allemands, surtout humoristiques ou satiriques. Lyonel Feininger arrive à Paris en juillet 1906 et L’homme blanc est donc parue d’abord en automne 1906 sous forme d’illustration humoristique , sous le titre Les regrets de M. Hearst dans l’un des numéros de la revue Le Témoin de Paris, revue fondée la même année par Dagny Björnson-Langen et publiée par le dessinateur Paul Iribe.

Le titre de l’illustration, Les regrets de M. Hearst et sa légende, En France avec 1.300.000 francs, je pourrais être président de la République, sont probablement dûs à l’éditeur de la revue et non pas à Lyonel Feininger.